blanc aquarelle
Les bases de l'aquarelle Les couleurs

Le blanc à l’aquarelle : comment faire ?

Comment fait-on du blanc à l’aquarelle ? A quoi sert le blanc qui est sur ma palette d’aquarelle ?

Si vous débutez l’aquarelle, ce sont certainement des questions que vous vous posez. Surtout que nous avons tous connus le grand tube de gouache blanc indispensable et qui se termine en moins de deux !

A la gouache comme dans d’autres techniques de peinture, le blanc sert à éclaircir une couleur. Si on rajoute du blanc au rouge, on aura un rose, plus ou moins pâle selon la quantité de blanc que l’on y met.

Et à l’aquarelle, on fait comment pour éclaircir une couleur ? Question à un milliard, mais je suis sûre que vous connaissez la réponse n’est ce pas ? (Sinon, arrêtez tout et allez revoir la base : l’eau !)

Bon d’accord, mais sinon, il est où le blanc à l’aquarelle ?

Allez, je vous explique toutes les techniques pour faire du blanc aquarelle !

blanc aquarelle : comment faire ?

Le blanc aquarelle : gérer l’absence de couleur

Gérer les blancs est une règle fondamentale à l’aquarelle. Et pour cause : le blanc aquarelle n’existe tout simplement pas !

Anticiper le blanc aquarelle

En réalité, pour créer cette couleur, ou plutôt cette absence de couleur, il faut absolument anticiper les zones de blanc aquarelle.

Si on se lance tête baissée, à moins d’être un artiste confirmé et expérimenté, on se retrouvera très vite face à une impasse. Et difficile alors de retourner en arrière.

Car une fois qu’on aura recouvert notre feuille de couleurs et qu’elles auront commencé à sécher, il n’y aura plus ou peu de place pour le blanc.

Il faut donc commencer par réserver les zones qui resteront blanches, avant même de commencer à peindre.

Déterminer la position de la lumière

En général, le blanc aquarelle apparait à deux moments :

  • soit il s’agit d’une couleur propre au sujet
  • soit il s’agit d’une zone éclairée, exposée à la lumière directe

Aussi, il est important de déterminer la direction de la lumière pour déterminer les zones de blanc. Si vous peignez un objet détaillé, ou même un paysage ou un bouquet de fleurs, déterminez d’où provient la source de lumière.

Cela vous permettra de comprendre où placer l’ombre de l’objet, et donc la partie la plus sombre. Mais surtout d’avoir des parties exposées à la lumière qui seront très pâles voire des reflets blanc.

Et ces reflets blancs devront être anticipés pour être soigneusement contournés.

déterminer la position de la lumière pour connaitre l'emplacement du blanc aquarelle

Le blanc aquarelle : les techniques de réserve

Il existe plusieurs techniques de réserve de blanc à l’aquarelle. Il est important de les connaitre, pour savoir laquelle utiliser et à quel moment.

Contourner les zones blanches

La technique de réserve manuelle, consiste à contourner les zones blanches tout simplement, en ne les peignant pas.

Plus exactement, il faut définir avec un croquis ou un dessin détaillé, toutes les zones qui devront rester blanches.

Vous pourrez aussi aimer :  Peindre un arbre aquarelle : 3 techniques faciles

Et ensuite éviter soigneusement que l’eau ou la couleur ne rentre à l’intérieur de ces zones.

Lorsque l’on peint un objet, un paysage, une fleur détaillée par exemple, on peut réaliser un dessin à main levée au crayon. Ce dessin, plus ou moins détaillé, vous permettra de déterminer les zones à préserver pour garder le blanc du papier.

contourner les espaces à garder blanc

Ouverture de blancs aquarelle

On peut obtenir du blanc aquarelle par ouverture. Comme son nom l’indique, il s’agit d’ouvrir quelque chose qui est fermé. Autrement dit, retirer de la couleur à un endroit pour retrouver le blanc du papier.

Cette technique fonctionne très bien lorsque la peinture est encore humide. Vous pouvez alors vous servir d’un pinceau propre ou d’un chiffon pour retirer de la couleur.

Il est difficile de retrouver le blanc pur du papier, sauf si celui-ci est d’excellente qualité. En revanche, cette technique permet de rattraper facilement une erreur ou un excès de couleur, voire même une tache non souhaitée.

J’aime beaucoup ouvrir le blanc sur un ciel pour faire des nuages légers et clairs. Il suffit de peindre entièrement le ciel en bleu, puis de tapoter avec un chiffon ou un mouchoir propre pour faire des nuages.

dégager des nuages avec un chiffon pour retrouver le blanc aquarelle du papier

Le fluide de masquage

Le fluide de masquage, aussi appelé drawing gum, est une autre technique utilisée pour réserver le blanc aquarelle.

Il s’agit d’un liquide que l’on applique au pinceau sur les zones que l’on souhaite réserver.

Le liquide de masquage sèche très rapidement. Il suffit ensuite de peindre par dessus sans craindre que la couleur n’entre dans la partie à réserver.

Une fois la peinture terminée et complètement sèche, on retire la drawing gum pour revenir au blanc pur du papier sur les zones ainsi réservées. Elle devient une sorte de pellicule élastique très facile à retirer en frottant doucement avec le doigt.

Et elle laisse alors apparaitre la zone blanche qui a été préservée.

Quelques conseils pour utiliser la drawing gum :

  • choisissez un fluide coloré qui sera plus visible sur le papier blanc
  • dédiez un vieux pinceau pour appliquer le fluide de masquage
  • n’attendez pas trop longtemps avant de le retirer : certains liquides sont plus difficiles à retirer au bout de quelques jours
  • il existe également des liquides de masquage sous forme de stylo, plus facile à appliquer notamment pour les détails et des zones peu étendues
aquarelle drawing gum

Autres techniques de réserve

Il existe d’autres techniques de réserve de blanc aquarelle. Je vous les cite rapidement à titre d’exemple, libre à vous ensuite d’expérimenter vos propres outils !

  • frotter avec une bougie sur les endroits à réserver. La cire agira comme le liquide de masquage, mais il est difficile de la voir avant de peindre ;
  • utiliser un coton tige pour retirer de la couleur et atténuer les bords ;
  • projeter des gouttelettes d’eau ou du sel permettront de former des ouvertures sous forme d’auréoles et des effets de texture

Blanc à l’aquarelle : à vous de jouer !

Voici un petit exercice tout simple pour vous entrainer à comprendre l’ombre et la lumière et surtout vous habituer à laisser du blanc aquarelle.

Commencez par réaliser une poire d’une couleur très diluée. Ici j’ai pris du ocre. Veillez bien à laisser un reflet blanc sur la partie exposée à la lumière (ici en haut à gauche).

Vous pourrez aussi aimer :  Les fusions à l'aquarelle

Puis ajoutez du contraste sur les parties ombragée, donc à l’opposé du reflet blanc (en bas à droite).

poire aquarelle

Blanc aquarelle : que faire quand c’est trop tard ?

Toutes les techniques de blanc aquarelle citées plus haut sont utilisées avant d’appliquer la peinture ou lorsque celle-ci est encore humide.

Mais alors que faire quand il est trop tard, que l’on n’a pas anticipé et que la peinture est bel et bien sèche ?

Pas de panique, on peut toujours se rattraper ! Voici quelques techniques de blanc aquarelle sur sec.

Le grattage

Bon d’accord, dit comme ça c’est pas terrible. Mais il s’agit bien de gratter la peinture avec un bord pointu, comme un cure-dents, le bord du pinceau ou même la pointe d’un cutter (attention quand même…)

Il faut y aller doucement bien sûr, pour ne gratter que la peinture sans abimer le papier.

Cette technique peut être utile pour gratter des rainures sur les feuilles par exemple. Je vous montre comment je fais ici avec le bord de mon pinceau.

gratter avec le dos du pinceau pour faire les rainures de la feuille

L’ouverture sur sec

J’ai parlé plus haut de l’ouverture des blancs sur une peinture humide. Quand celle-ci est sèche, on peut toujours la réactiver avec de l’eau.

Vous pouvez prendre un pinceau chargé en eau et repasser sur la zone à ouvrir. L’eau permet ainsi de réactiver la couleur. Vous pourrez ensuite récupérer la couleur avec un pinceau propre ou un chiffon.

Le mix-media

Parfois, vous souhaitez avoir un blanc pur, et il se peut que vous n’ayez pas anticipé ou que votre papier ne soit pas complètement blanc voire coloré.

Dans ce cas, il peut être utile de recourir à des médiums autre que l’aquarelle. Il existe ainsi de nombreuses techniques de peinture, qui ont une texture plus opaque et couvrante.

La gouache, l’acrylique ou même l’encre blanche permettent ainsi de peindre par dessus l’aquarelle et de la recouvrir de blanc, plus ou moins opaque.

On peut aussi tester d’autres mediums comme les stylo gel, les feutres acrylique de type Posca, etc.

Certains puristes de l’aquarelle pourront être gêné par l’introduction d’un autre medium. Personnellement je trouve que, si c’est bien utilisé et à petite dose, cela permet d’ajouter de la texture à l’ensemble.

A vous de voir et juger !

Le blanc aquarelle : ce qu’il faut retenir

Anticipez, anticipez et vous réussirez 😉

Le blanc aquarelle pur n’existe pas. Pour le retranscrire, il faut se servir du blanc du papier. D’où la nécessité d’anticiper les zones qui resteront blanches.

Il existe plusieurs techniques pour réserver le blanc aquarelle, allant du contournement à l’aide d’un croquis, à l’ouverture des blancs, ou encore le grattage une fois sec.

Chaque technique est utile pour avoir un effet particulier. Par exemple le liquide de masquage laissera des blancs trop rudes qu’il faudra un peu estomper. L’ouverture permet d’avoir des bords plus fondus et naturels. Le contournement est utile pour délimiter un objet et peindre le fond.

Bref, testez et vous verrez avec l’expérience quelle technique vous convient le plus et à quel moment.

Vous avez aimé l'article ? Partagez-le ! ;)

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Bonjour, merci pour cet article très intéressant, qui reprend en détail toutes les techniques. À conserver en favori, ça peut toujours servir !

  2. C’est super bien expliqué, merci !
    Si j’ai bien compris, la clé pour bien réussir ses zones blanches est l’anticipation, c’est un bon conseil 🙂 Il n’ y a plus qu’à s’y mettre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

wp-puzzle.com logo