lavis aquarelle
Les bases de l'aquarelle

Lavis aquarelle : enfin réussir de jolis fonds colorés !

Peindre un lavis aquarelle, est une des premières techniques que l’on doit connaitre quand on débute. Que ce soit pour peindre un ciel, un fond pour une carte postale ou un bouquet de fleurs, réaliser un lavis fait partie des incontournables de l’aquarelle.

Pourtant quand on débute, il n’est pas toujours facile de réussir à peindre un lavis régulier et uniforme. On se retrouve souvent avec des démarcations, des traces de pinceau, des auréoles, et un fond aquarelle loin d’être homogène 🙁

Alors pour éviter tout ça, je vous montre ici comment réaliser un lavis aquarelle et des astuces pour ne pas se tromper !

Qu’est ce qu’un lavis aquarelle ?

fonds colorés aquarelle

Un lavis aquarelle c’est une première couche de peinture que l’on pose sur le papier. Elle va servir de base ou de fond pour son aquarelle.

On pourra peindre par dessus d’autres lavis (ou pas), une fois le premier complètement sec. C’est donc un point de départ. On peut le peindre sur toute la feuille pour un fond homogène, ou sur une partie, comme pour le ciel ou un lac par exemple.

Le lavis aquarelle est traditionnellement fait à partir d’une seule couleur diluée dans de l’eau, que l’on appellera le jus. Mais on peut aussi avoir des lavis de plusieurs couleurs.

Ainsi, on distingue trois principaux types de lavis aquarelle :

  • le lavis uniforme ou lavis en aplat : il s’agit d’une couche de peinture uniforme de même couleur et de même intensité
  • le lavis dégradé : toujours d’une seule couleur, mais qui sera progressivement dégradée, assombrie ou éclaircie.
  • le lavis bicolore ou bigarré : comme son nom l’indique, il permet de créer un fond bicolore, mais de manière fluide, sans démarcation nette des couleurs

Comment faire un lavis aquarelle ?

Comment faire un lavis uniforme

Pour peindre un lavis uniforme en aplat, on commence par préparer suffisamment de jus en fonction de la surface à peindre. Il est important d’avoir suffisamment de jus pour ce lavis, car on veut que tout le lavis soit de la même couleur et de la même intensité. Si on est amené à faire de nouveaux mélanges en cours de route, on se retrouvera avec des variations non voulues.

Une fois que le jus est prêt, on charge bien le pinceau afin qu’il soit bien mouillé et on commence par peindre un trait sur la partie supérieure. Le geste doit être bien appuyé et assez lent pour laisser la peinture se répandre correctement.

Une « goutte » se forme sur le bord inférieur du trait. On récupère cette goutte pour faire un autre trait vers le bas, en repassant sur le bord inférieur humide du trait précédent.

Il faut penser à bien recharger le pinceau pour avoir toujours la même intensité de couleur. On continue ainsi jusqu’au bas de la partie à peindre.

Et enfin, on absorbe la goutte restante avec un chiffon ou un pinceau essoré.

lavis uniforme

Comment faire un lavis dégradé

Pour le lavis dégradé, on commence de la même manière avec un pinceau bien chargé en pigments sur le haut de la feuille. Au fur et à mesure que l’on descend, on rajoute de l’eau pour diluer la couleur et arriver à des teintes plus claires. Il faut y aller progressivement, sans ajouter trop d’eau d’un coup. La variation doit être douce et fluide.

lavis dégradé

Comment faire un lavis dégradé bicolore

Enfin pour faire un lavis dégradé bicolore, il y a deux manières de procéder.

  • Deux couleurs de part et d’autre.
    On commence par une couleur sur la partie supérieure que l’on dégrade jusqu’au milieu. Puis on prend la deuxième couleur et on procède de la même manière mais en commençant par le bas.
    Au fur et à mesure que l’on remonte, les deux couleurs vont se rejoindre, et on n’hésite pas à repasser sur la première couleur avec la deuxième pour les fondre ensemble.
    On pensera à ne pas complètement monter, pour laisser une partie de la première couleur pure.
  • Deux jus de couleurs différentes.
    La deuxième manière est de préparer deux jus, des deux couleurs souhaitées. On commence par l’une des couleurs, et au fur et à mesure, on mélange le premier jus avec un peu du deuxième jus.
    On termine avec la deuxième couleur pure tout en bas. Le tout est d’y aller progressivement, et d’estomper les traits pour avoir un résultat homogène.
lavis dégradé bicolore

Les astuces pour réussir son lavis aquarelle

Lavis aquarelle : l’importance du matériel

  • Le papier joue un rôle essentiel dans la réussite de son lavis aquarelle. J’ai beaucoup de fois essayé sur un papier de grammage moindre, à 200g/m². Le résultat : la peinture sèche beaucoup trop rapidement et ne me laisse pas le temps d’arriver jusqu’en bas. Je me retrouve alors avec des traces de pinceaux et un ensemble pas du tout homogène.
  • Etant donné qu’on travaille avec beaucoup d’eau, il est important d’avoir un papier aquarelle de qualité et d’au moins 300g/m². Tous les papiers ne se valent pas, aussi faites vos tests. Si vous avez vraiment du mal, passez au papier en coton, qui a l’avantage de sécher moins vite (mais coûte cependant plus cher).
  • Pour le pinceau, prenez le plus gros parmi ceux que vous avez. Un petit pinceau prendrait trop de temps à recouvrir toute la surface, et risquerait de sécher plus rapidement.
  • Pour acquérir des gestes assurés, exercez-vous, encore et encore !
lavis non homogène - traces de pinceaux et auréoles

Lavis aquarelle : l’astuce infaillible !

Pour réussir son lavis aquarelle, il est indispensable d’incliner son plan de travail. C’est la base, absolument indispensable au risque de se retrouver avec de belles auréoles. Ainsi, pour pouvoir récupérer la goutte, il faut que le plan soit légèrement incliné.

Si vous travaillez sur un bloc, vous pouvez le tenir d’une main tout en peignant de l’autre. Ou alors le poser sur un gros livre.

Si vous peignez sur une feuille, alors il faudrait le coller sur un plan de travail que vous pourrez incliner, comme par exemple une petite planche, ou tout simplement le dos d’un autre bloc de papier un peu plus grand.

récupérer la goutte qui se forme

La technique du mouillé sur mouillé

C’est ma technique préférée et imparable. Et oui, pour réussir à tous les coups son lavis aquarelle et permettre un fondu fluide des couleurs, je préfère travailler sur l’humide.

Très simple, je commence par mouiller toute la partie à peindre avec de l’eau pure et un pinceau propre. Je peins ensuite par dessus toujours en faisant des traits.

Si je veux faire un dégradé, j’aurais besoin de recharger le pinceau moins souvent, voire pas du tout pour des petites surfaces, puisque je récupère l’eau de la feuille au fur et à mesure que je descend.

Lavis aquarelle : savoir doser l’eau

Il faut suffisamment doser l’eau : ni trop, ni trop peu. Si on met trop d’eau dès le départ, on a des teintes trop claires qu’il sera difficile de dégrader par la suite (sauf si c’est justement l’effet voulu). N’oubliez pas qu’en séchant, les teintes ont tendance à s’éclaircir.

Par ailleurs, si on a un pinceau trop chargé en eau, la goutte risque de couler et de laisser des traces indésirables.

Pour vous familiariser avec le bon dosage de l’eau, je vous invite à lire comment apprendre à doser l’eau.

Avoir des gestes rapides et assurés

incliner son plan de travail

En théorie, il ne faut pas repasser sur le bord précédent. Personnellement je n’y arrive pas. Si besoin, je repasse, je rajoute de la couleur pour renforcer l’intensité jusqu’à en être satisfaite. Si je voie des imperfections ou des stries, je n’hésite pas à repasser une couche.

Mais attention, le tout est de travailler tant que c’est encore bien humide. Par contre, si la peinture a commencé, même un tout petit peu à sécher, alors il ne faut plus y toucher !

Ne plus y toucher si ça a commencé à sécher

Comme je le disais, il faut travailler rapidement sans s’interrompre. Si la partie supérieure a déjà commencé à sécher, n’y touchez plus ! Sinon vous verrez apparaitre des traces de pinceau difficilement rattrapables. C’est d’ailleurs pour cela que je préfère travailler mouillé sur mouillé, pour que la peinture sèche moins vite.

ciel en dégradé bicolore

Pour récapituler

Peindre un lavis aquarelle fait partie des bases incontournables pour faire un fond aquarelle. Si vous débutez, commencez pas apprendre à faire des lavis uniforme. Exercez-vous sur des petites surfaces pour apprendre le geste et acquérir de l’assurance.

Une fois que vous aurez compris comment réussir un lavis aquarelle, vous aurez une excellente base pour peindre des paysages ou des fonds colorés. Vous pouvez d’ailleurs voir mes conseils pour peindre un paysage à l’aquarelle.

Vous voilà donc prêt à peindre de jolis fonds aquarelle colorés et des cieux magnifiques !

Vous avez aimé l'article ? Partagez-le ! ;)

Vous pourriez également aimer...

8 commentaires

  1. a dit :

    merci merci pour ces conseils!

    1. a dit :

      je t’en prie 🙂

  2. a dit :

    C’est très personnalisé et originale ! Ça me rappel quand je travail avec des logiciels de personnalisation, il faut de l’imagination pour trouver vraiment « le truc » qui va faire ressortir au mieux notre imagination sur papier.

    Je trouve les techniques particulièrement bien expliquée et n’importe qui pourra reproduire les techniques énoncés, bravo pour ces précisions. Très agréable à lire avec cette structure aussi.
    Merci pour cet article 🙂

    1. a dit :

      Merci beaucoup !

  3. a dit :

    Comme tu l’expliques très bien, le secret d’un lavis uniforme commence par bien incliner le support sur lequel on peint.
    Je pense également que le choix d’un pinceau aquarelle adapté avec un gros « ventre » qui permettra de bien distiller la couleur fera vraiment la différence 🙂
    Très bon article !

    1. a dit :

      C’est vrai le choix du pinceau est tout aussi important. Merci pour ton retour 🙂

  4. a dit :

    Que de bonnes astuces pour pouvoir peindre un lavis uniforme! C’est très bien expliqué, surtout pour les novices comme moi ;). J’adore les illustrations!

    1. a dit :

      Oh super, j’espère que ça t’aidera. Merci pour ton retour !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

wp-puzzle.com logo